Cas de conscience. Notre conge Afin de des proches « aidants » est entre en vigueur jeudi 1er octobre.

Cas de conscience. Notre conge Afin de des proches « aidants » est entre en vigueur jeudi 1er octobre.

Cela s’adresse aux 11 millions de Francais qui aident regulierement, voire quotidiennement, un proche en perte d’autonomie. Si i§a pointe le conjoint, la situation pose des problemes bien particuliers.

Jusqu’ou m’occuper seul(e) du conjoint malade ?

« Il faut avancer au fur et a mesure une degradation de l’etat de sante. »

Faux Amis pour Notre Croix L’Hebdo

Il va i?tre rare de se lever votre matin en se disant : « Je suis en situation d’aidant. » Pourtant, pres de 11 millions d’individus sont dans une telle situation aujourd’hui en France. « On parle d’aidant a partir du moment ou l’aide apportee est reguliere, voire quotidienne, envers un proche en mate1 appli de rencontre perte d’autonomie du fera de le age, d’une maladie chronique ou degenerative, d’un handicap ou d’un accident », explique Olivier Morice, delegue general du collectif Je t’Aide.

On te prend en general conscience de ce role progressivement, lorsque l’articulation entre les differentes spheres de la vie est mise a mal et que la perte d’autonomie du proche grandit. La charge s’avere aussi plus lourde.

Comment preserver l’amour ?

Lorsque cela pointe le conjoint, i§a est en mesure de devenir votre combat quotidien de rester avant toute chose le partenaire de vie, pour ne point oublier la personne derriere le malade. Comment ne pas penser et agir a la place de l’autre ? Comment oser demander l’aide d’un tiers, sans se sentir en echec ? Comment preserver l’amour ? Peut-on garder la liberte de dire non, ou stop ?

L’engagement de l’aidant i  l’interieur d’un couple, souvent percu comme bio et valorisant, engendre des situations de fragilite peu reconnues. L’article 212 du code civil mentionne que « nos epoux se doivent mutuellement respect, fidelite, secours, assistance », mais jusqu’ou ? « L’aidant est en mesure de se “sentir oblige”, affirmer que c’est “normal”, mais etre aidant n’est pas organique. On devient aidant avec affection, par morale, par obligation… Dans une societe, psychiquement et socialement, l’ambivalence est totale », explique Anna Lorieau, psychologue clinicienne a toutes les Ressources Mutuelles Assistance.

« Tu ferais la meme chose pour moi » : voila comment Thierry, 55 annees, desamorce Notre culpabilite qui ronge une femme Valerie, 52 annees. Elle souffre de SEDh (syndrome d’Ehlers-Danlos hypermobile) et d’une leucemie, deux maladies rares. Thierry est conducteur de train, c’est parti en pre-retraite pour s’occuper d’elle a enormement moment.

Ne point rester seul(e)

Au debut, l’aidant pense le plus souvent i?tre capable de s’occuper seul de le conjoint. Puis « on passe d’un mouvement spontane a une position de dependance », analyse Olivier Morice. Dans de nombreux cas, c’est notre vie professionnelle et sociale qui est sacrifiee. « La situation de l’aidant a pour principe d’etre tres evolutive, sa place se rejoue, il convient etre vigilant, explique Anna Lorieau. En couples, de multiples aidants vont se positionner de maniere sacrificielle. C’est important d’avancer au fur et a mesure de la degradation de l’etat de sante et ne pas franchir nos limites de votre qu’on reste capable d’apporter. »

« S’il reste un commentaire d’ordre, soutient Valerie, c’est de ne point rester seul, de prendre de nombreux choses en derision, de se simplifier l’existence. » Valerie a recours depuis onze ans a une aide a le webmaster. « Elle me permet de parler, preserve notre conjoint des situations degradantes ou intimes. J’ai besoin de l’aidant professionnel pour soulager l’aidant personnel. »

Thierry continue la natation, les moments ou il s’absente constituent un risque pour Valerie, car elle reste seule, mais ils « sauvent » un couple tel autant de respirations. Au moment oi? Valerie s’est retrouvee en fauteuil roulant a 39 annees, votre seront nos liens de toute la famille ayant ete bouleverses. « Pour les gamin, ca fut tres complique. Ils se blindent i  nouveau, ils paraissent impuissants. Partir d’la maison leur a fait du bien. »

« l’espace de l’amour, souvent ambivalente, est centrale, soutient la psychologue Julie Lorieau. C’est le role du psychologue d’amener l’aidant a elaborer la question de le positionnement. Le conjoint ne peut s’imposer de se substituer a des individus formees, il faut reussir a quitter votre souhait de toute-puissance. »

Thierry reconnait que « votre qu’il y a Sans compter que dur, c’est de voir l’equilibre de la personne qu’on aime se degrader, sans i?tre capable de rien Realiser ». Dans le cas de maladies chroniques et degeneratives (Alzheimer, Parkinson, AVC…), votre deuil a faire de la personne telle qu’elle etait autrefois est qualifie par les specialistes de «deuil blanc ».

Eviter la rupture sociale

S’ajoute a la reconstruction d’la famille « une rupture sociale » que constate Thierry. « Notre douleur partagee nous isole de des amis. A la longue, ils supportent en gali?re J’ai durete de notre vie. » l’adresse social devra pourtant etre suffisamment operant Afin de permettre a l’aidant de parler. Il existe certes peu de recours pour le repit en dehors des enfants – di?s qu’il y en a –, qui peuvent occasionnellement se faire le relais. Un psychologue peut permettre d’echanger, des journees en Ehpad et des aides a domicile via nos allocations existantes (comme l’APA) pourront soulager.

Si le peu de relais exterieur est supprime, les medecins notent une mise en danger pour nos deux conjoints, un va parfois glissement vers la maltraitance. De maniere generale, « les aidants des plus ages n’expriment gui?re le besoin de repit alors qu’il est vrai », alerte Olivier Morice. Ils sont maries « pour le meilleur et concernant le pire », mais l’association France Alzheimer met en vais garder concernant le nombre d’aidants ages qui finalement meurent avant un conjoint, d’epuisement.

« Notre risque pour un conjoint aidant qui se desinvestit de toute autre place dans la societe, c’est l’effondrement, met en garde Julie Lorieau. C’est pourquoi Il semble essentiel de ne point se Realiser completement objet de l’autre. Et Realiser le choix de sa propre survie ne va pas au detriment de l’aide, au contraire. Il va falloir reussir a s’affranchir de cette culpabilite. »

Le 6 octobre marque la 11 e Journee nationale des aidants sur le theme du repit. Des initiatives a suivre sur le website : associationjetaide.org.

Jusqu’au 9 octobre, on va pouvoir repondre a l’appel a contributions lance pour identifier et promouvoir des initiatives de soutien aux copains aidants concernant : odas.labau.org.

Face a J’ai hurle du Covid, des aidants indemnises mais a bout de souffle

Depuis le 1er octobre, les aidants pourront beneficier d’une allocation journaliere aide financiere